[./page_1.html]
[./page_2.html]
[./page_4.html]
[./index.html.html]
[./page_6.html]
[https://www.youtube.com/watch?v=lF4ZSknFuf4]
[Web Creator] [LMSOFT]
C'est le 25 décembre. Monsieur Bernard Lagacé se lève comme un jour ordinaire car pour lui, Noël n'est pas important et il n'aime pas ça. Monsieur Lagacé n'a pas de chance aujourd'hui. On annonce une tempête, on lui renverse son café, il doit faire chanter des enfants. Bref, une journée qui souhaite terminer au plus vite.
Après une nuit de sommeil, Bernard, en se réveillant, découvre qu'il revit à nouveau la journée du 25 décembre. La journée se déroule exactement comme la précédente sans que quiconque semble conscient de la boucle temporelle, sauf Bernard qui se souvient parfaitement des événements qu’il a vécus la « veille ». Chaque matin, il continue de se réveiller à la même heure, le 25 décembre.
Lorsque Bernard explique la situation à sa sœur. Elle lui dit qu'il devrait en profiter pour passer une agréable journée. Au bout du compte, Bernard devient capable d'apprécier sa journée et de faire un noël heureux.
Bernard, qui a vécu une journée parfaite, se réveille enfin le matin en constatant que la boucle temporelle est brisée : c’est le matin du 26 décembre et il peut vivre une autre journée.
  
L’histoire
Presse
  
La mise en scène
Ce spectacle, basé sur un postulat simple, ouvre la réflexion à plusieurs niveaux. Tout d'abord l'épanouissement personnel, montrant qu'un homme cynique et imbu de sa personne peut devenir un héros local si les circonstances le lui permettent.

Ensuite une réflexion philosophique sur le quotidien, car la routine et la répétitivité sont à plusieurs reprises suggérées dans le film.
 
Enfin, le personnage est amené à progresser humainement tout au long du spectacle en découvrant que chaque personne, même la plus anonyme, a son identité, son histoire et sa raison d'être, ce qui l'amène à considérer l'autre, et à l'apprécier pour ce qu'il est, différemment de son premier regard.
Le spectacle ouvre ainsi une réflexion profonde sur la considération des « autres », la tolérance, l'égoïsme et les préjugés. Le tout situé dans un contexte irréel truffé de drôleries.
  
Journal LE PERCHE, le 22/12/16

La grande salle du Carré du Perche a résonné des rires et applaudissements d’environ 200 enfants des salariés de l’hôpital de Mortagne venus avec leur famille pour assister au spectacle qui leur était proposé. Ce dernier s’intitulait « Un Noël sans fin » et était joué par Guillaume Nocture et Sarah Rozelle. L’artiste, originaire de Mortagne, propose des spectacles pour adultes mais il a là écrit un conte pour enfants. C’est le 25 décembre, monsieur Bernard Lagacé (qui porte bien son nom) se lève comme un jour ordinaire car pour lui, Noël n’est pas important et il n’aime pas ça.
Pas de chance pour lui aujourd’hui, on annonce une tempête, on lui renverse son café, il doit faire chanter des enfants, bref une journée qu’il souhaite terminer au plus vite. Mais, après une nuit de sommeil, il découvre qu’il revit la même journée du 25, encore et encore… Sa sœur lui explique alors qu’il devrait être capable d’apprécier sa journée et de faire un Noël heureux. Après une journée parfaite, il se réveille et constate alors que c’est le matin du 26 décembre et il peut vivre maintenant une autre journée. Guillaume faisait chanter de temps à autre les enfants en les accompagnant à la guitare et ces derniers ont ainsi passé un très agréable après midi. Après l’arrivée du père Noël sur scène avec ses friandises, tous ont pu profiter d’un goûter offert par l’hôpital.